24/05/2012

1/2 finale de Coupe de la Ligue au Parc des Princes.

Après avoir testé l'A/R Thalys en début de saison, retour à Paris pour une demi-finale de Coupe de la Ligue. En soirée, le PSG accueille les Girondins de Bordeaux.

Pour chacune des deux équipes, l'objectif sera la victoire dans l'espoir de rejoindre Vannes OC, tombeur de l'OGC Nice, au Stade de France pour la finale de cette édition.

Au PSG, Makelele est laissé au repos. Giuly n'entammera pas la rencontre. Le match est d'emblée agréable à suivre. Les parisiens semblent vouloir prendre le match en main mais les bordelais restent organisés et n'ont pas trop de mal à contenir les offensives du PSG.

Peu avant la 20ème, Bellion donnera l'avance aux visiteurs. Après ce but, le jeu se traine un peu. Les parisiens sans doute décontenancés donnent l'impression d'avoir perdu leur football. Les Girondins n'ont du coup aucun mal à gérer paisiblement leur mince avantage.

La mi-temps est atteinte sur ce score. 

Au retour des vestiaires, le PSG se jette à l'offensive du but défendu par Valverde. Ce dernier aura de quoi faire étalage de sa classe et de son talent. A l'heure de jeu, Kezman ratera un Nème duel face au gardien bordelais. Ce sera le dernier, dans la minute qui suit, il dois céder sa place à Pancrate. En quittant le jeu, il jettera, de colère sans doute plus que de dépis, son maillot au sol sous les huées du public.

Les supporters parisiens n'ont pas fini d'en voir... Leurs favoris continuent à presser, mais sur contre-attaque Diawara double l'avantage des bordelais. Il reste à peine cinq minutes aux parisiens pour renverser la vapeur... C'est sans doute peine perdue.

Dans les arrêts de jeu, cela deviendra mission impossible, Wendel scellant le score à 0-3!

Au coup de sifflet final, les bordelais laissent exploser leur joie, les parisiens regagnent le tunnel tête basse... Après le match, autour du stade, l'ambiance est loin d'être à la fête. Les CRS sont de faction et sont vigilants. J'assisterais d'assez près à deux interpellations plutôt "musclées", mais sans doute nécessaires.

D'ici quelques semaines, retour à Paris, pour la finale cette fois.

21:37 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/05/2012

Perdus dans le brouillard!

Chaque saison, la phase finale de la Coupe de France débute début janvier. Cette compétition offre l'avantage de permettre d'une part d'aller découvrir des clubs et des stades qu'on ne verraient sans doute pas dans d'autres circonstances, mais aussi d'aller voir des matches à un tarif très abordable!

Le 3 janvier 2009, Renaud et moi nous sommes mis en route, direction "Le Nord"...

En point de mire, deux rencontres des 32èmes de finale de la Coupe de France 2009 : US St Omer - EA Guingamp & Arras FC - OGC Nice.

Le temps était loin d'être radieux sur Ciney, mais une fois passé Lille, nous étions dans la purée de pois!

Impossible d'êre flashé avec ce brouillard! Par moment, nous roulions à peine à du 20 km/h! Nous sommes arrivés péniblement à St Omer à peine une dizaine de minutes avant le coup d'envoi!

Je me suis même demandé si la rencontre allait avoir lieu! Mais bon, au moment de la mise en jeu initiale, cela s'était légèrement éclairci.

La rencontre n'a pas été des plus palpitantes. La différence de niveau était assez criante mais la volonté homérique des locaux leur permit cependant d'atteindre la mi-temps avec une avance méritée d'un petit but.

A la reprise, les visiteurs se montrent plus concentrés et, surtout, appliqués... Il ne faudra pas longtemps avant qu'ils ne rétablissent la parité. Ils prendront l'avance et le 1-3 final tombera en fin de rencontre.

La logique aura finalement été respectée, mais ce que nous ne savions pas, c'est que nous venions d'assister à la première victoire du futur vainqueur de cette édition 2009!

Nous quittons le stade. Le brouillard est toujours aussi dense et épais! Il nous sera quasi impossible d'être à Arras à temps pour le coup d'envoi du second match auquel nous pensions assister...

Pas la peine de "tenter le diable" et de risquer un accident. Nous avons finalement décidé d'aller manger un morceau avant de reprendre le chemin du retour. Il semble que nous ayons bien fait! En nous mettant en route, nous avons écouté le multiplex radio sur les rencontres en cours en soirée : les commentateurs d'Arras - Nice commentaient quasi à l'aveugle tellement le brouillard était présent....

 

19:32 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2012

PSG - TFC : test concluant!

La pub Thalys ne cesse de nous le dire, Paris n'est qu'à 1h25 de Bruxelles! Mais bon, le trajet Thalys reste moins bon marché que la voiture une fois qu'on n'est plus seul. 

J'ai donc "testé" l'A/R en semaine. 

Après ma journée de travail, je descends donc vers Bruxelles-Midi pour y prendre un train vers Paris-Gare du Nord. Une fois arrivé, je passe à l'hôtel réservé. Ensuite, je gagne le Parc des Prince en métro.

C'est une rencontre de haut de classement en Ligue1. Le PSG cours toujours après son passé le plus glorieux, les toulousains sont la bonne surprise du début de saison.

Les parisiens restent sur deux victoires de rang, le TFC vient d'être battu deux fois mais garde, avant l'entame du match, un petit point d'avance sur leurs hôtes! Renouer avec la victoire replacerait les mauves à la troisième place. En gagnant, le PSG s'installerait dans le Top-5.

Comme à chacune de mes visites au Parc des Princes, je constate que ses alentours sont bien garnis. Les rues grouillent de monde, mais ce qui m'interpellera toujours, c'est l'imposant dispositif policier!

Les hommes de Le Guen semblent, en début de rencontre, surfer sur la vague qui les a fait battre l'OM le WE précédent au Vélodrome. Ils ont la maitrise du ballon et se procure une première occasion nette via Rothen dès la 9ème minute. 

Les vingt premières sont nettement à l'avantage des parisiens, mais peu à peu, leur domination s'émousse. Ils n'arrivent plus à se retrouver en zone de conclusion sauf sur quelques phases arrêtées. Le TFC prend de son côté peu à peu confiance. Gignac aurait même pu donner l'avance aux siens juste avant le repos.

Le match change de physionomie à la reprise. Le changement opéré dans la ligne d'attaque du TFC n'y est sans doute pas étranger.... Le jeu a repris depuis quelques minutes seulement quand Gignac se retrouve duel face à Landreau, mais manque complètement sa frappe.

Ce n'est que partie remise. Peu après l'heure de jeu, Camara dégage maladroitement un corner. Makélélé tentera d'empécher le ballon de franchir la ligne de but, en vain....

Tout devient plus simple pour des toulousains menant au score. Ils n'ont pas trop de mal à contrôler les échanges et à contenir les velléités parisiennes. A vingt minutes du termes, Giuly, monté au jeu, affole un peu la défense visiteuse, déborde et centre en retrait. Kezman est à la réception, mais Fofana sauve les siens en "sortant" le ballon du but!

Dans les dix dernières minutes, Gignac se retrouvera encore deux fois en face à face avec Landreau, mais ce n'était manifestement pas la soirée de l'attaquant toulousain! Qu'à cela ne tienne, le TFC tiendra jusqu'au terme et repartira de la capitale les trois points en poche et regagne la troisième place du classement de Ligue1.

Je laisserai partir le plus gros de la foule avant de rejoindre la quartier Gare du Nord via le métro. Après une nuit relativement calme, je reprendrai le premier Thalys vers Bruxelles. Pas de retard, pas de soucis, pas besoin de chercher de place de parking... Un test plus que concluant, venir voir le PSG est donc bien loin d'être une "mission impossible"! Voilà qui est bon à savoir!

21:01 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/05/2012

Retour à Liverpool!

Après avoir manqué de peu l'accès à la Champions League, le Standard de Liège s'est vu contraint de jouer un match de qualification pour espérer atteindre l'UEFA Cup.

Le hasard a voulu qu'après avoir foulé la pelouse mythique d'Anfield Road, c'est à quelques centaines de mètres de là que les Rouches allaient jouer la rencontre aller de leur confrontation avec Everton FC! 

En préparant mon trip, j'ai voulu à nouveau faire le déplacement pour plus d'un match.

En Champions League, la phase de groupe débutait. J'ai finalement opté pour aller voir, à Glasgow, l'affrontement entre le Celtic local et les danois d'Aalborg BK.

J'ai donc pris un vol Charleroi-Glasgow et suis arrivé en Ecosse début d'après-midi. Je suis passé à l'Euro-Hostel puis suis allé dans le centre ville. J'ai flané dans quelques magasins avant d'échouer dans un pub pour manger.

Je me suis ensuite mis en route pour le stade.

Exceptionnellement, j'étais parti sans ticket. Je suis donc arrivé au stade assez tôt et n'ai finalement pas eu de souci pour en acquérir un sur place.

Le stade était bien rempli, pas loin d'être comble d'ailleurs. Comme lors de mon premier passage ici (également en CL c/le Shakhtar Donetsk), le chant des supporters au moment de l'entrée des joueurs sur le terrain m'a donné la chair-de-poule!

La rencontre a été plutôt mauvaise... A voir ça, c'était presqu'à regretter que le Standard ne participe pas à la compétition reine en Europe! 

Un match insipide, lent, sans verve, sans envie.... Un bien piètre 0-0!

Après la rencontre, j'ai regagné le centre ville à pieds. Je me suis arrêté dans un pub proche de l'hostel et y ai pris un dernier verre. Après cela, au dodo....

Le lendemain matin, je me suis rendu à une agence de location. C'est en voiture que je suis descendu de Glasgow vers Liverpool.

J'y étais peu après midi. J'ai garé la voiture dans le parking réservé aux "visiteurs". Deux cars étaient déjà stationnés là.

Je suis allé dans le centre mais ai évité les pubs remplis de supporters Rouches. Trop bruyants et souvent trop exubérants pour moi.

Je suis revenu à Goodison Park assez tôt. J'y était pour l'arrivée des joueurs.

L'ambiance autour d'un stade anglais est toujours bien particulière juste avant un match. Agréablement sereine. Il y a bien entendu une présence policière et une surveillance, mais c'est à se demander à quoi bon. La convivialité semble être ici le mot d'ordre.

Je gagne ma place. Je serai placé dans une tribune latérale, assez bas, mais pas trop.... Au coup d'envoi, le stade est plein à craquer. Comme souvent, ce sont dans les dernières minutes avant le kick-off que les travées se sont remplies. Une marée bleue chante à tue-tête pour encourager ses favoris.

Chez les Rouches, Fellaini n'est plus là.... Et pour cause, il a rejoint  les hommes de Moyes (mais ne sera pas aligné face au Standard).

Pas de round d'observation. Première occasion pour Everton et premier carton jaune pour Camozzato dès la deuxième minute! A peine trois minutes plus tard, nouvelle opportunité pour les locaux de déflorer le marquoir! Cela chauffe pour le Standard! Il faut dire qu'ici, plus question pour les "petits" belges d'arriver et de surprendre les anglais.... La qualification difficile des "voisins" d'Anfield Road a fait un peu de bruit dans la presse anglaise!

Mais à jouer franchement l'attaque dès l'entame de la rencontre, Everton laisse de l'espace aux joueurs du Standard. Le premier qui tentera d'en profiter sera Mbokani qui frappera de loin. Son envoi, sorte d'avertissement, passera de peu au dessus de la cage d'Howard. Quelques minutes plus tard, Dalmat se joue d'un défenseur britanique. Son centre, précis, est repris victorieusement par Mbokani! 0-1 après une petite dizaine de minutes. C'est de la folie dans le kop Rouches! 

Il en faut plus pour atteindre les anglais. Il ne faudra que quelques instants pour que Cahill cette fois ne mette Espinoza en danger. La défense liégeoise en voit de toutes les couleurs, enfin, essentiellement du bleu quand même....

Les standarmen essayent de leur côté de profiter des espaces qui leurs restent ouverts. Witsel se joue de l'entrejeu d'Everton avant de céder le ballon à Jovanovic qui aurait doublé l'avance du RSCL si De Camargo n'avait pas malencontreusement dévié le tir du serbe!

Everton ne baisse pas les bras. Arteta initie une attaque sur son flanc. Le mouvement sera ponctué par l'égalisation de Yakubu. C'est au tour des supporters d'Everton d'extérioriser leur joie.

L'égalisation semble décupler la volonté offensive des Toffeemen! Arteta inquiètera à son tour Espinoza qui se doit de rester vigilant lors de chaque attaque.

Coup de théâtre dans le rectangle opposé.... Yobo, ancien sociétaire du Standard, dévie un ballon anodin dans son propre but! Jovanovic était bien dans les parages, mais ne pouvait mettre Howard en danger. Une grosse mésentente qui redonne l'avance aux belges! Nouvelle explosion de joie dans notre tribune! Mais il ne faudra qu'une minute cette fois pour qu'il soit à nouveau question de parité! Castillo balance une "prune" qu'Espinoza touche du bout des doigts, mais qui finit sa course au fond de ses filets!

Nous n'en sommes pas encore à la 40ème minute et déjà quatre buts! Un match intense et ouvert, rien à voir avec ce que j'avais "enduré" la veille!

L'intensité de la rencontre va fortement chuter en seconde période. Les occasions vont se faire plus rares, les "petites" fautes plus nombreuses. Anichebe et Vaughan d'un côté, Mbokani et Defour de l'autre inquièteront encore quelque peu les deux gardiens, mais c'est sur le score atteint à la mi-temps que les deux équipes se sépareront!

Après la rencontre, je suis repassé au pub d'Anfield Road où j'ai, comme lors de ma visite de fin août pris une bonne pinte de Lager avant de regagner le parking et prendre la route vers Glasgow. J'y suis arrivé à près de 3h du matin. Une courte nuit plus tard, je rentrais la voiture à l'agence de location avant de gagner l'aéroport, de rentrer et d'attendre impatiemment la venue d'Everton à Sclessin!

14:12 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2012

Sur la trace des Beatles et de U2!

J'aurai discutaillé "ferme" avec la billetterie de Sclessin pour obtenir une place pour le déplacement des Rouches à Anfield, mais finalement, j'y étais.... Après un échange de quelques mails avec Mr P. François, un ticket m'était enfin réservé.

Je dois bien avouer que je l'aurais trouvé passablement "mauvaise" de manquer ce match!

Je vais forcément être un peu subjectif, mais pas de chance quand même... Il s'en est fallu de très peu pour que les  liégeois ne privent les Reds de Champions League! Ce qui ne voudra jamais dire que ce Standard-là était à la hauteur de Gerrard & Co, bien évidemment. Cela fait des années que je dis qu'il vaut mieux être opposé à un club allemand, anglais, espagnol ou italien en début de compétition européenne que face à des moldaves, des lettons ou des finlandais qui ont déjà, à ce moment de "notre" saison, une bonne dizaine de rencontres officielles dans les jambes. 

Mais bon, en tant que supporter, il est bien entendu plus flatteur de pouvoir dire que ses favoris ont obligé le FC Liverpool à jouer les prolongations et ont chutés à la 119ème minute du match retour que de se voir privé d'Europe par le Bate Borisov....

Pour ce trip dans la cité des Beatles, je suis parti en avion. Charleroi-Dublin puis Dublin-Liverpool. 

En ville j'ai passé pas mal de temps avec quelques aussi Rouches que moi sur les traces des Fab Four. The Cavern, inévitable, et le Beatles Store à deux pas de là. Quelques pintes de lager dans l'un ou l'autre pub avant de nous poser dans un Irish pour manger un morceau.

Fin d'après-midi, nous gagnons la place où les supporters du Standard se sont rassemblés. Nous y restons un moment avant de nous mettre à la recherche d'un endroit un peu plus calme où il y a moyen d'être servi plus rapidement....

Il est alors grand temps d'aller jusqu'Anfield Road. Stade mythique s'il en est... Photos souvenirs sous tous les angles et visite au shop.

Puis direction les tribunes. 

Après le nul du match aller, les anglais s'attendaient certainement à battre le Standard très facilement. Ils ont bien failli se mordre les doigts. Bien entendu, les Reds ont dominé, mais sans vraiment être dominants. Chaque minute qui s'écoulait faisait monter la tension d'un cran. 

C'était déjà la folie dans notre camps lorsqu'au bout de 90 minutes, les Rouches ont obtenu le droit de jouer les prolongations (et dire qu'en toute fin de match, cela a failli être 0-1...).

Là aussi, cela devient de plus en plus crispant. Pas ou peu d'occasions dans le premier 1/4 d'heure. Il faut attendre la 115ème minute pour avoir enfin une occasion nette. Et elle est pour De Camargo! La lotterie des "penalty" est en vue lorsque, sur quasi la seule bévue de la défense liégeoise, Kuyt inscrit le but qui propulse Liverpool en Champions League!

Après la rencontre, puisque nous logeons à Liverpool, nous trainerons autour du stade et échouerons dans un pub de supporters locaux. Nous obtiendrons même le droit de reprendre un verre après le coup de cloche de 23h... Il y a un peu de déception, mais aussi beaucoup de fierté dans nos discussions.

Nous rallierons le John Lennon Airport et y somnolerons à même le sol. La nuit sera courte et pas spécialement reposante.... Tôt le matin, nous nous envolons vers Dublin.

Je passerai la journée avec quelques supporters liégeois. Après la beatles-city, nous voici au coeur de la U2-town. O'Connel Street, Temple Bar, etc... Nous déambulons, passons d'un pub à l'autre et ferons le tour de la ville en bus à impériale.

Je quitte mes compagnons de voyage lorsqu'il partent pour l'aéroport. Je passerai pour ma aprt la soirée à Dublin. Je trouve un lit dans une auberge de jeunesse puis rallie Richmond Park. Dans ce petit stade d'à peine 5.000 places, le St Patrick's Athletic FC va rencontrer, dans le cadre de l'UEFA Cup, les suédois de l'IF Elfsborg.

C'est l'effervescence autour du petit stade! En effet, le 14/08, les irlandais ont été arracher un nul 2-2 au Boras Stadion!

L'exploit est à portée de main. J'avais pris la précaution de réserver une place. Je me renseigne pour savoir où la retirer. Et là, c'est un peu surpris que je la reçois... des mains du président du club! On est loin, bien loin des grosses structures professionnelles!

Impossible de se promener autour du stade. Le terrain est en effet en contrebas de l'avenue, derrière un pâté de maisons. Je savoure une Guiness et "déguste" un burger avant de me rendre dans la tribune située derrière un des buts.

Les suédois prennent la rencontre en main, mais ne parviennent pas à être franchement dangereux. La mi-temps est sifflée sur un score toujours vierge qui qualifie toujours les dublinois.

A la reprise, la défense locale en a plein les pattes... Mais son gardien n'est pas vraiment mis en danger. Alors que la pression retombe petit à petit, l'IF Elfsborg prend l'avantage par Ishizaki. 0-1 à la 63ème minute. A ce moment, les suédois sont au tour de qualification suivant.

Il faudra un moment pour que les locaux se ressaisissent. Ils n'ont plus le choix, il doivent tout faire pour égaliser!

Les minutes s'écoulent mais les tentatives tantôt précipitées, tantôt désordonnées des joueurs de St Patrick's semblent vaines.

Jusqu'à la 86ème! Egalisation par Gavin! Les quelques 3.000 supporters présents exultent. Les drapeaux s'agitent, les chants redoublent d'intensité, accolades et pintes de Guinness... Le style purement british est quelque part récompensé. Les irlandais n'ont pas baissé les bras et se sont jetés dans une course poursuite un peu folle. 

C'est au tour des suédois d'accuser le coup. Les revoilà de nouveau sur le carreau... Et ce sera bientôt sans espoir, à la 90ème, Quigley donne la victoire aux siens et assure du même coup la qualification pour le dernier tour préliminaire de l'UEFA Cup.

Au coup de sifflet final, c'est comme si les dublinois venaient de remporter le titre européen! La joie se lit sur tous les visages qui m'entourent et ,il faut l'admettre, il est quasi impossible de ne pas se laisser emporter par cette vague! 

Vu la fatigue accumulée, je ne tarderai cependant pas à retourner dans le centre et à me plonger sous la couverture. Le lendemain matin, je reprendrai l'avion avec dans la tête de nouveaux très beaux souvenirs!

 

23:12 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |