15/01/2012

Allemagne - Suisse (07/02/2007)

Petite rencontre amicale "entre amis"....

La Suisse, organisatrice du prochain Euro doit se préparer à l'évènement par le biais de rencontres amicales, et, tant qu'à faire, autant que ce le soit contre des adversaires qui permettent au minimum de savoir où on en est et au maximum de s'améliorer.

L'Allemagne est sans conteste une de ces équipes qui, match amical ou pas, joue avant tout pour gagner. Que l'équipe alignée soit la meilleure possible ou que l'entraîneur ne fasse quelques tests. On ne badine pas avec ça Outre-Rhin.... 

Je suis donc arrivé sans la moindre appréhension à l'Arena de Dusseldorf. Plus grand chose à voir avec l'imposant Stade Olympique (le fameux "Fer à cheval") que j'avais eu l'occasion de visiter il y a quelques années pour y voir évoluer le Fortuna local!

Un stade magnifique. Perché au dernier niveau, la vue sur le terrain reste cependant excellente. Le stade est comble. Comme on l'annonce ici, c'est "Ausverkauft" ! 51.333 spectateurs! De quoi faire pâlir certaines directions de fédérations nationales....

L'arbitre néerlandais peut lancer les "hostilités". 

Il ne faudra pas très longtemps pour se rendre compte qu'effectivement, en Allemagne, on ne connaît que la politique de la victoire. La Mannschaft prend très rapidement les choses en main. Les Helvètes font se qu'ils peuvent mais semblent dépassés par la vitesse d'exécutuion et le pressing teuton. Il ne faudra que 7 minutes pour que le premier but tombe, oeuvre de Kuranyi qui, sur coup-franc, s'impose pour marquer de la tête dans une défense quelque peu amorphe.

Une vingtaine de minutes plus tard, Benaglio se retourne une deuxième fois. Gomez, l'attaquant qui perce de plus en plus en Bundesliga marque lui aussi de la tête. A ce moment, je m'attendais à vivoter jusqu'au coup de sifflet final. Ce ne fut pas réellement le cas.

Certes, les allemands ont baissé le ton et se sont contentés de contrôler la rencontre. Cela n'a pas empêcher les suisses de se montrer plus velléitaires que résignés.... Ils obtiennent fort logiquement la maîtrise du ballon, mais les occasions franches manquent. C'est sur le score de 2-0 que la pause est atteinte.

Au retour des vestaires, la physionomie du match n'est guère plus emballante. Après une vingtaine de minutes Frings portera le score à 3-0. Il botte un coup-franc excentré que personne ne reprend dans le rectangle... Le ballon fini sa course au fond des filets!

Quelques minutes plus tard, Streller, parti à la limite du hors-jeu devance le dernier défenseur allemand pour récupérer le ballon. Il parvient alors à contourner Lehmann et à réduire le score en lui donnant son allure définitive.

La deuxième mi-temps a servi de laboratoire pour les deux coaches. 5 remplacements côté allemand, 6 en face. In Fine, un assez bon match pour une rencontre sans enjeu, un bel esprit sur le terrain et une bonne ambiance dans le stade!

11:19 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.