21/05/2006

Milan AC-Bayern Munich (08/03/2006) : un score sévère...

Je me suis levé fort tôt ce mercredi-là afin d'être à l'aéroport de Gosselie a temps pour l'enregistrement du vol de 6h30 à destination de Milan. J'arrive bien à l'heure cette fois et passe à l'enregistrement. J'ai même encore le temps d'acheter le ticket de bus Bergame-Milan avant de passer les portes de la zone d'embarquement. Une vingtaine de minutes d'attente et la cohue précédent l'embarquement commence... Une fois le plus gros des passagers passés, je me place en fin de file et rejoins l'appareil. J'y trouve une place et m'installe. Rappel des mesures de sécurité, départ vers la piste, décollage puis le trou noir! Je tombe endormi comme une masse et suis réveillé lorsque l'avion est en approche de Bergame. Une fois là-bas, je me rends compte de l'avantage d'avoir acheté le ticket de bus avant d'embarquer... Face au guichet sur place, une file imposante que viennent grossir les passagers débarquant de chacun des vols! Je suis donc très rapidement dans le bus et manifestement, je ne suis pas le seul à rejoindre la cité lombarde pour assister à la rencontre... Un nouveau petit somme!

Le bus nous dépose à proximité de la gare centrale. Je me dirige alors directement vers la Viale Tunisia, hotel San Tomaso. C'est là que nous avions logé lors d'un passage précédent et comme je ne tiens plus à ré-éditer le même genre de nuit que celle du 19/10 dernier (AC Milan-PSV Eindhoven), autant voir s'il est possible d'y loger. Ouf ! Cela semble bon mais je dois repasser dans l'après-midi. Je pars donc vers le centre via le métro. J'en sors à la station Duomo. Il est à peine un peu plus de 10h et déjà des supporters bavarois trinquent allégrement en braillant des chants en l'honneur de leurs couleurs! Je me promène un peu puis, peu après midi, je retourne à l'hotel. Une chambre est prête pour moi. J'en prends possession et dors jusque 16h. A mon réveil, je me rafraîchi puis retourne vers le centre ville, je dois en effet y retrouver les autres membres du Milan Club Charleroi à proximité du Castello pour rejoindre le stade avec leur car. Heureusement que j'ai rencontré certains d'entre-eux dans le piétonnier... En effet, le car est déjà au stade et ils doivent rejoindre San Siro par leurs propres moyens... Un petit café, une pâtisserie, nous déambulons un peu tous ensembles puis le groupe se forme sur la place du Duomo. Nous prenons alors la direction du stade via le metro n°16! Quel voyage... Le tram est déjà bien garni en supporters allemands qui chanterons, sauterons pendant la quasi totalité du trajet.

Nous arrivons au stade autour duquel il y a déjà pas mal d'effervescence. Direction le car dans lequel nous serons remis les billets! Chacun se prépare, beaucoup rajoute une couche car il ne fait pas chaud du tout... Avant de rejoindre ma place je me balade un peu dans les travées et fait un saut à la boutique officielle. Je serai dans la tribune quelques minutes avant que les deux adversaires du soir ne montent sur la pelouse pour l'échauffement. Les minutes s'écoulent, lentement... Enfin, c'est bientôt l'heure du coup d'envoi!

 

Les bavarois n'ont pas trop le choix... Le résultat du match aller leur étant défavorable, il n'ont pas d'autre option que de prendre le jeu en main. Et c'est bien ce qu'ils tentent de faire, sans succès. L'organisation des Rossoneri ne leur donne pas l'opportunité d'approcher du but de Dida. Au contraire, ce sont les italiens qui se montrent les plus dangereux. Inzaghi isolé en pointe étant magnifiquement soutenu par Kaka, Seedorf et Shevshenko qui surgissent tour à tour ou simultanément de la ligne médiane. Défensivement, mais cela n'étonnera personne, c'est du costaud. L'inévitable tombe somme toute assez rapidement... Parti à la limite du hors jeu, Pipo fait exploser San Siro! Nous en sommes déjà après .... minutes de jeu à 1-0!!!

 

Et cela continue! A la 22éme, un penalty est accordé sur une faute commise sur... Inzaghi. Shevshenko s'élance, mais tire à côté du cadre. Y aurait-il vraiment une justice sur le terrain? En effet, la première faute, très professionnelle, était italienne. Les supporters allemands exultent, mais ce ne sera que de courte durée car à peine deux minutes plus tard, ce même Shevshenko ponctue magistralement de la tête un mouvement rapide et collectif qui a donné le tourni à toute la défense du Bayern! 25 minutes de jeu et déjà 2-0... La messe était-elle dite?

 

Eh bien non! Car pour les allemands, ce deuxième but ne change quasiment rien. Pour se qualifier, ils doivent toujours marquer deux fois! Et c'est à ce moment qu'ils commencent à être plus incisifs. Une premier tir, suivi quelques minutes plus tard par un envoi coup de canon sur coup franc! Premier tir cadré, premier but! Il reste dix minutes dans cette première période et le Bayern relance la rencontre. Elle devient passionnante car jusqu'à la pause, il n'y en a plus que pour les hommes de Magath. Mais malgré une dernière très belle occasion, plus rien ne sera marqué avant la pause.

Au retour des vestiaires, les munichois passent cependant déjà à la douche froide... Alors que la fin de la première mi-temps laissait augurer d'une fin de partie à suspense, ce dernier va s'évanouir dès la fin du 4ème 1/4 d'heure... Deux minutes à peine après la reprise, Inzaghi profite d'une phase confuse dans l'arrière garde munichoise pour faire 3-1! L'ex-joueur du HSV n'a pas d'autre choix que de tout lancer vers l'offensive Guerrero & Ze Roberto montent au jeu mais à l'heure de jeu, Kaka, magnifiquement lancé en profondeur par Shevshenko, envoie un missile dans le plafond du but d'Oliver Kahn. Les tifosi ne se sentent plus... Ils aura fallu attendre le 4ème but, mais enfin, ils chantent! Derrière les buts de Dida aussi, les suporters ont compris : leur Bayern terminera ici sa campagne européenne! En fin de rencontre, Inzaghi et Shevshenko seront remplacés tour à tour, recevant tous les deux une belle, et méritée, "standing ovation".

Au dernier coup de sifflet, je quitte le stade et rejoins, aussi vite que possible la station de métro la plus proche. Il n'est finalement pas trop tard lorsque j'arrive à proximité de l'hotel. Le Mc Do est encore ouvert, j'y entre et pendant mon "repas" arrive par SMS la bonne nouvelle de la soirée, la qualification de Rouches en coupe nationale! Je ne tarde pas à me coucher et à m'endormir. En effet, demain debout à 5h pour rejoindre Liège via Bergame et Charleroi. Une petite journée de travail avant de prendre la direction de Villeneuve d'Ascq!

19:57 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.