25/01/2006

Allemagne-Brésil (25/06/2005)

Entre deux sauts à Dublin, me voici de retour en Allemagne pour y suivre les deux demi-finales de la Coupe des Confédérations.
 
La première des deux rencontres opposera ceux que Beckenbauer et ses comparses du comité organisateur attendent, et ils ont tout fait pour..., comme affiche en finale de la prochaine Coupe du Monde : le pays organisateur se mesure au Champion du Monde en titre !!!

 

Comme souvent dans un duel de ce type, le début de rencontre est prudent de part et d'autre. L'Allemagne prend le jeu à son compte mais ne parvient pas à se montrer dangereuse. Ce n'est qu'au 1/4h que la première occasion tombe pour les locaux.

 

Et comme souvent, c'est un peu contre le cours du jeu que les brésiliens prennent l'avantage sur coup-franc. Le tir d'Adriano, dévié, surprend Lehman. Mais il ne faudra qu'un instant pour que la Mannschaft réagisse et revienne à hauteur de son opposant. Moins de deux minutes plus tard, Podolski égalise de la tête, le Frankenstadion explose!
 

 

Ces deux buts coup sur coup ont le mérite de libérer les deux équipes et les sud-américains se montrent de plus en plus à leur avantage. Techniquement, ils sont bien supérieurs aux teutons eux qui, de leur côté, portent le danger vers le rectangle adverse en s'appuyant sur le collectif et la rigueur.

 

En toute fin de première mi-temps, Adriano sera à la base du second but des siens. Arrêté fautivement dans le rectangle, l'arbitre accordera fort logiquement un pénalty que Ronaldinho convertira. Avant la pause, les allemands auront encore une belle occasion de revenir au score mais la reprise de Podolski fusera hors cadre. Ce n'est que partie remise, les arrêts de jeu s'éternisent et, au sortir d'une phase confue, un pénalty est cette fois accordé aux allemands. Ballack le transforme et les deux équipes rejoignent le vestiaire dos-à-dos.

Le premier quart d'heure de la seconde période sera à sens unique. Les brésiliens dominent, sans acculer les allemands sur l but de Lehman, mais en inquiétant ce dernier via Robinho, Adriano, Ronaldinho ou encore Gilberto.

Le remplacement de Kuranyi par Asamoah donne un peu plus de consistance (et le mot est faible...) au secteur offensif allemand. La physionomie de la rencontre bascule peu à peu en faveur de la Mannschaft, mais, alors qu'entretemps Dida a été sollicité par Ballack, Deisler et Asmoah, comme en première mi-temps, les sud-américains se montrent les plus réalistes : après un premier avertissement, une tête de Lucio passant tout près du poteau, leur troisième but sur un obus d'Adriano passé en force dans l'axe de la défense.

Les derniers remplacements tactiques ne changerons rien à l'issue de la rencontre. Le Brésil plus défensif se créera malgré tout les seules occasiounettes du dernier quart d'heure. Portés par leur public, les allemands ne ménagent pas leurs efforts, mais ces derniers resteront vains. Le score n'évolue plus, le Brésil est le premier qualifié pour la finale du tournoi...

22:10 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2006

Japon-Brésil : un nul spectaculaire !!!

Nous partons à 4 pour assiter à cette rencontre Renaud, Michel & un de ses amis (dont j'ai oublié le nom, qu'il m'en excuse...), et moi. Nous nous sommes donnés rendez-vous à Namur et nous prenons de là la direction de Cologne. Nous avons scrupuleusement respecté les indications et fléchage depuis l'autoroute au stade... Un désastre!
 
La circulation des spectateurs est dirigées vers les différents parkings via de petites routes sillonants les bois entourant le nouveau stade du 1FC Köln! Pire encore, la capacité des parkings semble être insuffisante... Nous sommes là près de 3/4h avant le début de la rencontre, tous les accès parking sont fermés et nous sommes au beau milieu de tout les autres véhicules cherchant à se garer... Finalement, nous trouverons un endroit où laisser la voiture dans un quartier résidentiel pas trop éloigné.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après ces péripécies, nous arrivons tip-top à nos places pour voir monter sur la pelouse les deux équipes qui vont s'affronter ici à l'occasion de la troisième et dernière journée du premier tour : le Japon & le Brésil.
 
Les Auriverde sont favoris, ils n'ont d'ailleurs besoin que d'un nul pour pouvoir accéder au stade suivant de la compétition. Mais sont-ils vraiment à l'abri face à ces petits gabarits asiatiques très techniques entraînés par.... Zico, le Pelé Blanc!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'entame de la rencontre est à l'avantage du japon et après quelques 5 petites minutes, ces derniers trouvent l'ouverture... sur hors-jeu. Avertissement sans frais pour le Brésil qui enclenche une à deux vitesses supérieures et donne quasi instantanément le tournis aux défenseurs japonais. De combinaisons courtes et rapides en ouvertures tranchantes, le Brésil impose son jeu, son style, sa maîtrise. Les occasions s'enchaînent. Adriano ponctue une accélération Robinho/Kaka par un tir qui manque le cadre de peu. Dans les minutes qui suivent, après une remontée de terrain aussi vive que précise, Ronaldinho sert Santos qui fusille le portier nippon. 0-1 à la dixième minute...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Brésil ne lache pas la pression. Un tir de Kaka, repoussé par le poteau sera repris par l'inévitable Ronaldinho qui obligera le dernier rempart japonais à effectuer une envolée de toute grande classe. Le hommes de Zico tiennent bon et semblent refuser la défaite. Sur coup-franc, on a presque droit à l'égalisation, mais la reprise de la tête ne trouve que la transversale. Ce n'est que partie remise. Peu avant la demi-heure, un tir fulgurant parti des 25/30 mètres va se loger juste sous la transversale du but de Marcos. Egalisation, le stade explose et le match est relancé! Tant mieux !!!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Continuant sur leur lancée, les asiatiques font le jeu du Brésil qui place alors quelques contres cinglants. Sur l'un d'eux, Ronaldinho redonne l'avantage aux siens. Du spectacle, et quel spectacle! Zico effectue des remplacements qui directement portent leurs fruits. Le japon se crée de nombreuses occasions et, bien que l'entraîneur des brésiliens modifie lui aussi sont dispositif pour résister jusqu'au terme, les joueurs qui se montrent alors plutôt à leur avantage porte la vareuse nippone... La tenacité des japonais finira par payer. Quelques minutes avant le terme de la rencontre, un coup-franc sera repoussé par le poteau et un joueur japonais se montrera plus vif que la défense brésilienne en reprenant le ballon de demi-volée, le propulsant ainsi dans le but. 2-2 !!! La qualification des champions du monde ne tient qu'à un fil...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qui ne cédera pas. Dans les arrêts de jeu, le petit attaquant nippon sera bien prêt de scorer à nouveau, mais Marcos sauve son domaine... et son équipe!

22:21 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2006

 

Ayant évité le parking "officiel", d'où il semble être bien malaisé de sortir, nous seront rapidement sur l'autoroute nous ramenant vers la Belgique. Je déposerai Tony & Michel, rentrerai dormir 3 petites heures avant de partir au bureau. 1 journée de labeur, une rapide escapade écossaise (voir mon autre blog), et je serai de retour en Allemagne pour Japon-Brésil!

22:27 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

La rencontre se terminera sur ce score de 1-0! Après coup, la seule vraie surprise du tournoi... Mais en était-ce vraiment une???

22:26 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Le Brésil est KO debout pendant quelques minutes. Il repart à l'offensive mais les magiciens du touché de balle semblent brouillons. Toujours la même rengaine : ne pas confondre vitesse et précipitation! Et oui, même pour eux, c'est valable...

22:03 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Juste avant l'heure de jeu, le Mexique obtient un corner et Borgetti, malchanceux sur le "triple-penalty", en profite pour expédier,d'un solide coup de tête,le ballon au fond du but d'un Dida médusé!

21:59 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Le début de la seconde mi-temps est semblable à ce que nous avons vécu juste avant le time. Les mexicains tentent de conserver le ballon, n'arrivent pas à être réellement dangereux pour les Auriverde qui eux ont bien du mal à prendre la défense adverse en défaut.

21:59 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |